L'émission Capital de M6 s'intéresse à l'aménagement de combles

Combles : des mètres carrés en plus

Avec la flambée des prix de l'immobilier, de plus en plus de familles ne peuvent plus déménager. Pour augmenter la superficie de leur logement, elles ont recours à une autre solution : aménager de nouvelles pièces sous les toits, dans cet espace qu'on appelle les combles. Avec les travaux, le mètre carré supplémentaire revient à 1000 euros. Une solution financière imbattable...

Alors, qui profite de ce soudain engouement pour les combles ? Et a-t-on le droit de faire tous les travaux que l'on veut chez soi ?

Transciption du reportage :

Animateur :
« Bonsoir, trouver un emploi et travailler dans de bonnes conditions, habiter un logement plus grand à un prix abordable. Bref, améliorer son niveau de vie et sa qualité de vie en même temps, ca peut paraître de al science fiction par les temps qui courent. Et pourtant vous allez le voir, c'est bel et bien possible, ici, en France en 2011.

Parmi le phénomènes économiques dont on parle souvent dans Capital et qui font partie des sujets les plus importants de notre vie quotidienne il y a l'immobilier. L'an dernier les prix de l'immobilier à l'achat ont augmenté de 9% sur l'ensemble de l'hexagone et de 18% rien qu'à Paris.

Dans ces conditions, trouver un logement plus grand pour beaucoup de français, c'est juste mission impossible. Alors pour gagner des m² de plus en plus de ménages cherchent d'autres moyens. La grande tendance actuellement n'est pas de démanger mais d'agrandir sa maison. »

Voix Off :
« Sur les hauteurs d'un petit village Normand les Morvants commencent à se sentir à l'étroit dans leur pavillon. Car cette année la famille s'est agrandit. La petite Rose a rejoint Arthur et Max, ses grands frères. Et si les garçons ont droit à une belle et grande chambre chacun, la petite rose elle, dort pour le moment dans cette pièce à peine plus grande qu'un placard. »

M. Morvant :
« Une chambre c'est minimum 10 à 12m². ET là vous avez 6m². C'est vrai que ça peut paraître grand mais c'est parce que ce n'est pas aménagé comme une chambre d'enfant. »

Voix Off :
« Alors M. Morvant c'est mis en quête de plus d'espace pour sa famille. Le premier reflexe dans ce cas là c'est de revendre la maison et d'acheter plus grand. Le soucis c'est que les Morvant devraient trouver près de 100.000€ pour tout financer. C'est hors budget. »

M. Morvant :
« Alors là il faut faire une extension de crédit et on s'endette pour encore 15-20 ans. »

Voix Off :
« Une opération bien trop coûteuse alors pourquoi ne pas agrandir la maison. C'est pratique, plus besoin de déménager. »

M. Morvant :
« donc l'idée de l'agrandissement c'était en fait de faire un bâtiment annexe a notre maison sur 4 mètres de large. »

Voix Off :
« Mais là encore ça coince coté finance. »

M. Morvant :
« On dépassait les 120.000€ de travaux tout ça pour gagner 50m² »

Voix Off :
« M.Morvant a même imaginé trouver de la place libre au sous-sol mais difficile de voir grandir la petite rose dans la cave. »

M. Morvant :
« Il y a beaucoup de place mais ça reste en théorie, le souci c'est que la luminosité... on aura jamais une luminosité d'une chambre sous un toit. »

Voix Off :
« Et la petite famille a fini par trouver la solution à son problème d'espace. Le comble c'est qu'il l'avait juste au-dessus de la tête depuis le début. »

M. Morvant :
« et c'est là-haut notre trésor ! »

Voix Off :
« 80m² sous les toits qui n'attendent plus qu'à être aménagés. La solution que choisissent de plus en plus de Français pour s'agrandir à moindre frais. Déménager, changer de maison, c'est aujourd'hui le rêve d'un français sur 3.

Arnaud ANCEL n'est pas charpentier mais ancien conducteur de travaux. Il y a 8 ans, il décide de se lancer dans ce business fleurissant. Et comme ses concurrents, lui-aussi a développé sa recette pour transformer vos combles. Si Arnaud ANCEL a fait le déplacement, c'est qu'un moment important va se jouer tout là haut, celui de vérifier que les combles ne vont pas s'effondrer. »

Arnaud Ancel :
« vous allez pouvoir couper les W »

Voix Off :
« Les W, ce sont ces petites poutres. Elles vont bientôt disparaître ; ce sont elles qui soutiennent la toiture. Elles s'en vont une à une, c'est gagné, le toit reste en place.
Ici rien à voir avec la méthode de M. Lemire, les poutres installées sont en acier, le système développé par Arnaud ANCEL. Et il tient à nous prouver que c'est très efficace pour supporter de lourdes charges. »

Arnaud Ancel :
« Voila donc une portée de 9m50, 130kg. Donc je me mets n'importe où, sur le solivage qui repart dessus. »

Voix Off :
« de quoi supporter deux chambres et une salle de bain. Une fois tous les W découpés, voilà l'espace auquel a droit le client d'Arnaud Ancel, 60m² au sol. »

Arnaud Ancel :
« Moi je fais 1,80m et je vais réussir à me déplacer sur 3 ou 4 m de large. Je vais tenir debout jusque là. »

Voix Off :
« Ensuite Arnaud ANCEL devra poser l'isolation, le plancher, faire la plomberie et l'électricité et mettre un coup de peinture.

Cette méthode de poutres en acier, il ne l'a pas développé par hasard mais en pensant à un type de maison très particulier qui peut lui rapporter beaucoup d'argent.

Pour comprendre quelles est la mine d'or d'Arnaud Ancel il suffit d'aller faire un tour dans ses bureaux et d'examiner les dossiers qu'il a en cours. Sept sur dix c'est un propriétaire très particulier qui fait appel à ses services. »

Arnaud Ancel :
« Donc ça c'est une maison Phenix, ca c'est une maison phenix, M. Parmentier une maison phénix aussi. Mme Guest c'est une maison phenix, M. Bertrand c'est une maison phénix. »

Voix Off :
« Les maisons Phénix, elles sont parmi les plus vendues en France. Des maisons qui ont toutes un point commun, une structure unique. Leur charpente est en métal du sol au plafond et c'est en pensant à ce type de construction qu'Arnaud Ancel a développé ses propres modèles de poutres en acier. »

Arnaud ANCEL:
« On a amélioré une technique qui existe depuis 35 ans pour ce type de maison. »

Voix Off :
« La phenix, c'est la maison star des lotissements. Et elle a une particularité. Ici, pas de charpente en bois mais une structure toute en métal. M. Ancel en est convaincu, rien que tel que ses poutres pour agrandir ce mécano géant. Et s'il a misé sur ce type de maison c'est pour une bonne raison : il s'en est déjà vendu près de 300.000 en France. On en trouve dans toutes les banlieues résidentielles. Autant de clients potentiels. Et comme ces maisons sont quasiment toutes les mêmes c'est très pratique pour enchainer les ventes.
Ce soir là, c'est a nouveau un propriétaire de phénix qu'Arnaud Ancel s'apprête à rencontrer. Une maison où il n'est jamais venu et pourtant il a déjà tout prévu. Ca lui permet de vendre ses combles beaucoup plus vite que la concurrence.

Voici la phénix de M. Lemoine, elle n'est pas grande, et sera vite trop petite. Un troisième enfant va bientôt arriver.

Notre spécialiste des combles ne va pas avoir à trop se creuser la tête. Comme ces maisons sont toutes les mêmes pas la peine de faire du sur-mesure, du prêt-à-porter suffira. Alors ça ne va pas trainer, à peine entré, Arnaud Ancel file sous les toits pour prendre les dimensions. Une simple vérification, car en fait, les plans sont déjà pratiquement dans son ordinateur.

M. Lemoine :
« Les plans que vous m'avez fournis sur le devis c'est, j'imagine, un plan type. »

Voix Off :
« Un menu type avec au choix deux, trois ou quatre chambres. Et comme ici le toit n'est pas très pentu, il y a peu de place disponible alors la décision est vite prise. »

Arnaud ANCEL :
« Sur une surface comme ça pour faire deux chambres il n'y a aucun problème mais après, trois chambres, ça ne sera pas possible. »

Voix OFF :
« Ensuite cela va très vite. Arnaud ANCEL n'a plus qu'à placer sur son écran un escalier, une salle de bain, des cloisons et donner le prix au client. »

Arnaud ANCEL :
« Alors voila, c'est votre devis. »

Voix Off :
« Si M. Lemoine veut récupérer la totalité des combles perdus il devra débourser plus de 34000€. Le problème c'est que M. Ancel n'est jamais certain de toucher cet argent. Il y a un risque que le client soit stoppé net dans son projet. Car même chez soi on ne peut pas faire tout et n'importe quoi.

Quand on décide d'aménager les combles de sa maison il y a une étape obligatoire à respecter : demander un permis de construire à sa mairie. En général une simple formalité mais parfois avant d'obtenir le précieux sésame il se peut que cet homme vous rende une petite visite.

Frédéric est architecte des bâtiments de France, et dans certains endroits du Loiret pas question de faire n'importe quoi à la maison. Toutes ces zones rouges dans le département sont sous haute surveillance.

[...]

C'est la même chose partout en France, quand à proximité de monuments historiques des travaux doivent avoir lieu, l'architecte des bâtiments de France du département concerné est le seul à pouvoir donner le feu vert. »

Frédéric Aubenton:
« On doit surtout faire dans l'esprit, respecter les abords, ca veut dire ne pas faire des choses qui sortent comme un pétard dans le paysage. »

Voix Off :
« Et ce qui l'énerve le plus c'est lorsqu'un propriétaire orne ses combles du XIXeme siècle de fenêtres de toit près d'un monument classé. De quoi gâcher le paysage, comme ces ouvertures à deux pas d'une église elle aussi monument historique. »

Frédéric :
« Il est évident qu'on aurait jamais validé cette chose sous cette forme là, on serait beaucoup plus discret. »

Voix Off :
« En ce moment, ce qui inquiète M. Aubenton c'est une petite église du XIVeme siècle car non loin d'elle, un jeune couple à des envies de combles et de fenêtres sur le toit. C'est la mairie qui l'a prévenu alors notre architecte va devoir jeter un œil sur leur projet d 'aménagement.

Si M. Aubenton a fait le déplacement c'est que la maison des Boudin se situe en plein dans cette zone en jaune sur la carte. C'est un espace protégé où l'on trouve notre église et les bords de Loire, patrimoine mondial de l'Unesco. Hors de question pour Monsieur d'y faire à sa guise s'il veut décrocher son permis de construire.

[..]

Voila ce qu'aimerait faire notre jeune couple : mettre des fenêtres sur le toit pour avoir de la lumière dans les combles.»

Mme Boudin :
« On en voudrait une ici à peu près , la seconde là, la troisième et la quatrième un petit peu en décalée »

Fréderic Aubenton :
« Et vous avez prévu quelle taille à peu près de fenêtre de toit ? »

Mme Boudin :
« On est parti sur des dimensions de 98 par 134»

Voix Off :
« Première erreur ! La famille a vu un petit peu trop grand. M. Aubenton va devoir revoir tout ça à la baisse »

M. Aubenton :
« Notre taille limite de Velux fait moins d'un mètre carré. »

Voix Off :
« Des fenêtres trop grandes. Et ce n'est pas fini. Sur ce plan voila comment monsieur boudin à prévu de poser ses fenêtres, à l'horizontale. Fréderic Aubenton va encore rectifier le tir.
Pour justifier ces changement notre architecte va emmener ce petit monde à l'extérieur [...] »